JOUR 3 – ETRETAT > LES PETITES DALLES

Aujourd’hui on pédale encore moins qu’hier sur la Vélomaritime ! Seulement 38 km, mais on a programmé plusieurs visites de musées qu’on rêve de voir depuis longtemps, et on a prévu de flâner sous le beau soleil normand…

En passant devant les belles villas d’Etretat, on se dirige vers la plus célèbre d’entre elles : celle d’Arsène Lupin… ou plutôt de son auteur Maurice Leblanc, le Clos Lupin. On laisse nos vélos à notre maison d’hôtes le Castel de la Terrasse, située à deux pas, on reviendra les chercher après la visite.

Le petit jardin du Clos Lupin est magnifique : agrémenté de nombreuses fleurs, des roses… et des lupins bien sûr. C’est un bon spot tricot pour Emma, avant de visiter l’intérieur de la villa. Cette extraordinaire maison d’écrivain est une invitation à approcher l’intimité de Maurice Leblanc, même si seul le bureau est restitué dans son état d’origine. Il y écrivait trois pages par jour, avec régularité.

Les autres pièces évoquent l’univers d’Arsène Lupin, et dévoilent quelques-uns de ses secrets dans une scénographique ludique et mystérieuse. L’audioguide contribue à nous plonger dans l’ambiance de l’aiguille creuse, de la comtesse de Cagliostro, et autres aventures du gentleman cambrioleur…

Maurice Leblanc aimait parcourir le pays de Caux à bicyclette, il aurait adoré la Vélomaritime ! Nous suivons son exemple, et nous enfourchons nos vélos. Grisés de grand air et de soleil, nous sillonnons le pays de Caux, avec l’impression d’être au milieu d’une carte postale : les vaches normandes, les champs de lin bleutés, les champs de blé parsemés de coquelicots, les falaises vertigineuses et l’horizon marin…

Les fermes cauchoises sont particulièrement belles et fières, avec de grands corps de bâtiments en élégant appareillage de briques et de silex, encadrés de haies bocagères et de rideaux de grands hêtres plantés serrés sur des talus, les clos-masures, caractéristique du pays de Caux. Ils protègent du vent, et ils freinent l’écoulement de la pluie. Ce sont de majestueux témoins vivants de pratiques agricoles ancestrales en harmonie avec la nature.

La Vélomaritime passe à côté de la gare des Loges : sa voie ferrée construite en 1894 accueille aujourd’hui petits trains touristiques et vélo-rail.

Depuis la très belle descente sur Fécamp, on profite des vues plongeant dans la mer, même si on sait qu’après la descente il y aura une montée aussi abrupte pour remonter de la valleuse. Mais en vélo à assistance électrique on ne se plaint pas !

On s’arrête sur la plage de Fécamp, pour une pause saucisses – frites, glaces, tricot et aquarelle !

La visite suivante de la journée, nous l’attendions avec impatience : au cœur de Fécamp, l’impressionnant palais Bénédictine est un lieu exceptionnel.

Cet édifice néo-gothique est dédié à la liqueur Bénédictine. Il a été imaginé par le créateur de la marque, Alexandre-Prosper Le Grand. Il était un précurseur du marketing, de la communication et de la protection de la propriété industrielle, ainsi qu’un amateur d’art, d’histoire et d’architecture. Féru du moyen-âge, il fonde la légitimité de sa marque de spiritueux sur la recette transmise par un moine, et pour construire la légende de l’élixir, il fait construire cet extraordinaire palais en 1882, qui est autant un musée d’histoire médiéval qu’un manifeste d’architecture éclectique du XIXème siècle et surtout un objet de promotion marketing de la marque.

Architecture gothique réinventée et fantasmagorique, destinée à impressionner les visiteurs, on se croirait à l’école des sorciers de Harry Potter…
La vitrine des contrefaçons est une preuve de l’immense popularité de la Bénédictine à la fin du XIXème siècle : il y avait alors plus de 1000 contrefaçons dans le monde entier !

Sous le palais : la distillerie et les caves. La Bénédictine est toujours distillée ici. La visite guidée est passionnante, elle se termine naturellement par une dégustation dans le bar à cocktail.

Il y a un autre musée à Fécamp, qu’on n’a pas eu le temps de visiter : le musée des pêcheries.
Il faudra revenir !

C’est reparti sur la Vélomaritime. On remonte la valleuse, on profite de la magnifique vue depuis le belvédère du cap Fagnet et les abords de la chapelle Notre Dame du Salut.

Petit détour qui nous fait quitter la Vélomaritime, la valleuse des Petites Dalles est un passage incontournable pour Emma, qui revient ici en pèlerinage sur un lieu de vacances de son enfance.
Nous dînons au food truck « Chez Lili et Sandrine », un ancien bus sur le parking de la plage des Petites Dalles.

NOTRE HOTEL POUR LA NUIT : le château de Sissi, à Sassetot-le-Mauconduit

L’impératrice Sissi a réellement séjourné dans ce château transformé en hôtel : elle a passé ici la saison des bains de 1875, elle se baignait sur la plage des Petites Dalles. La déco de l’hôtel, Sissi-style reproduit l’ambiance Grand Siècle. Pas de stationnement vélo, mais on nous propose de laisser nos vélos à l’arrière du château à côté de la réception. Excellent petit-déjeuner pris sur la terrasse au soleil, avec vue sur le parc.

1 pensée sur “JOUR 3 – ETRETAT > LES PETITES DALLES”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.