visite du site SNCF Lyon-Mouche

Le patrimoine ferroviaire et industriel lyonnais est relativement mal connu et rarement mis en valeur, alors qu’il est riche et intimement lié au développement de la ville. Il existe au coeur de Lyon un lieu invisible et inconnu, bien que vaste de 6,5 hectares (un peu plus grand que la place Bellecour). Vieux de 160 ans, il est méconnu de tous, hormis de quelques cheminots et fous du rail : il s’agit des anciens ateliers SNCF de La Mouche.

La jeune association « Ateliers La Mouche » – créée en août 2016 – a pour mission la sauvegarde et la révélation au public de ce site en perte d’activités, pour le transformer en lieu de vie, de rencontre et de ressource pour tous au cœur de la cité.

P1110025

Ils ne manquent pas d’idées pour sa revitalisation autour de l’accueil de tous les publics, de l’économie sociale et solidaire, de la culture participative, sans oublier la continuité de l’âme ferroviaire qui donne du sens au lieu avec le maintien des 4 associations de passionnés de trains qui occupent aujourd’hui les ateliers.

P1110026 L’association organise une visite mensuelle. Nous avons participé avec grand intérêt à celle du 25 mars 2016. Pendant une heure et demie nous parcourons le site avec les bénévoles : Agnès et Adrien nous communiquent leur passion et nous dévoilent autant l’histoire ferroviaire que la constitution urbaine du quartier de Gerland, ses mutations actuelles et ses connections avec la ville et ses potentiels… Une visite formidable pour nous, passionnés de patrimoine industriel et d’architecture…

Vous trouverez toutes les infos pratiques sur les visites sur la page facebook de « Ateliers La Mouche ».

P1110027L’élément phare des ateliers c’est bien sûr l’imposante rotonde, et son pont tournant que l’on peut voir fonctionner en certaines occasions pour le déplacement des locomotives.

Mais le site est vaste et comporte d’autres bâtiments très volumineux, tel le magasin général, que l’on imagine avec espoir bientôt revitalisé et débordant d’animations, comme un nouveau point de rassemblement, de vie et d’échanges au coeur de la ville…

P1110030 P1110033 P1110039 P1110045 P1110048 P1110049 P1110057 P1110059 P1110060 P1110064
P1110067 P1110070
P1110072

A l’image des Grands Voisins ou de Grand Train à Paris, de la gare Saint Sauveur à Lille, de l’écosystème Darwin à Bordeaux ou encore le site des Machines de l’Ile à Nantes on peut imaginer un beau et grand projet de valorisation du patrimoine industriel à Lyon. A suivre … !

Amsterdam #1 : en vélo et en bateau

P1100364Amsterdam, c’était la destination du voyage surprise pour le douzième anniversaire de notre fille Zélie. Notre petite passionnée de vélo a été ravie de ce grand week-end de rêve pendant lequel elle a pédalé aux côtés de ses parents en fille unique…

Amsterdam attire chaque année de plus en plus de touristes, et propose donc une multitude d’offres touristiques parmi lesquelles il est difficile de faire des choix. Nous souhaitions découvrir des lieux et des visites qui sortent des sentiers battus, et qui correspondent à nos envies. Nous avons eu l’immense chance d’être accueillis par une association sympathique et dynamique de guides francophones pas comme les autres : l’équipe de Amsterdam Vélo, qui organise des visites guidées thématiques à vélo, et qui gère aussi les croisières et tours en bateaux de Amsterdam Bateau.

Et je vous recommande de préparer votre séjour grâce aux bons plans que cette équipe divulgue sur son site Découvrir Amsterdam

P1100366

Nous avons commencé par nous familiariser à la fois avec la bicyclette et avec l’histoire architecturale et urbaine récente de la ville, grâce à la visite Architecture Moderne. Notre guide Marcel nous a d’abord enseigné les règles de la conduite à vélo, ainsi que la passionnante histoire de la constitution urbaine d’Amsterdam autour de ses canaux de drainage.

P1100370 Puis nous avons suivi Marcel sur les îles de KNSM, de Java, et dans les quartiers de la gare et des anciens docks, ou il nous a fait découvrir des architectures modernes et avant-gardistes, qui côtoient des témoins patrimoniaux de l’histoire industrielle et portuaire.

P1100374 P1100376 P1100378 P1100380 P1100386 P1100387 P1100391 P1100393 Marcel nous donne un aperçu très complet de la transformation des anciens docks en quartiers modernes. Nous pénétrons dans certains bâtiments, tel cet ancien Passenger Terminal qui accueillait les passagers des paquebots transatlantiques et qui n’a pas changé depuis 1956…

P1100401 P1100406 P1100410 P1100415 P1100419 Quant au Lloyd Hotel, c’est un ancien établissement de quarantaine pour les émigrants qui quittaient l’Europe pour l’Amérique du Sud. Aujourd’hui c’est un concept hôtel design, qui comporte des chambre de 1 à 5 étoiles. On a bien retenu l’adresse pour un prochain séjour !

P1100422 P1100426 P1100429 P1100435

Nous avons retrouvé notre guide Marcel avec plaisir le lendemain dans un autre contexte : une croisière-apéro en éco-bateau, pour faire un tour complet du centre-ville depuis ses canaux.

P1100567

 

P1100576 P1100580 P1100585

Quel bonheur de voguer sur les canaux qui s’illuminent à la tombée de la nuit, tandis qu’on écoute des anecdotes sur Amsterdam tout en dégustant bière et fromages locaux…
Le bateau est plus petit que les bateaux touristiques classiques, ainsi il peut se faufiler dans des canaux étroits peu fréquentés.

P1100484

On vous recommande vivement de réserver des visites en bateau ou en vélo avec Amsterdam Vélo, c’est vraiment un chouette moyen pour découvrir la ville !

Prochain article amstellodamois : on vous emmène visiter le jardin botanique, la maison de Rembrandt et une belle bibliothèque !

 

Les corbeilles plates au crochet (tuto inside)

A force de voir des corbeilles crochetées, et de plus en plus dans un esprit ethnique et brut, j’ai eu envie de crocheter du chanvre pour fabriquer des corbeilles rigides à installer groupées en décoration murale.
Ca tombait très bien, A Little Mercerie m’a demandé de travailler sur un tuto autour de la maille !

A Little Mercerie permet de trouver en ligne et au même endroit des fournitures créatives proposées par différents vendeurs. J’avoue que ça simplifie bien la tâche : pour ces corbeilles, j’ai pu trouver tout ce qu’il me fallait en composant ma sélection chez les différents prestataires en même temps.

J’ai mixé le chanvre bien brut à une ficelle colorée chinée argentée pour contraster et crocheter des rayures plus ou moins régulières.
Tricoter du chanvre et de la ficelle, c’est un peu sportif ! Pour ce projet, il faut que les corbeilles soient bien rigides afin de pouvoir les fixer en déco sur un mur.  On crochète donc serré, c’est le rendu souhaité.

Voici donc le tuto Canebière
(en référence aux champs de chanvre !)
couv tutoFournitures pour une corbeille de 25 (20-15) cm de diamètre :

P1090885

  • ficelle de chanvre (2mm max de diamètre) : environ 50 (100-150) m. par corbeille qu’on trouve facilement en petite ou grande quantité.
  • ficelle façon baker twine (ici chinée argentée) environ 30 (60- 90) m. par corbeille :
    coloris prune
    coloris vert foncé
    coloris gris clair
  • 1 crochet n° 3,5 (ou 4 si c’est vraiment trop serré)
  • des ciseaux

    Techniques utilisées :
  • cercle magique pour débuter l’ouvrage
  •  maille serrée au crochet

Débuter par un cercle magique de 6 ms (maille serrée) :
cercle magique
Poursuivre le travail en spirale :

P1090988Tour 1 :
crocheter 2 ms (maille serrée) dans chacune des 6 mailles serrées du cercle magique = 12 m.
Avec un anneau marqueur, marquer la dernière des 12 ms.

P1090989On augmente 6 m à chaque tour suivant en crochetant ainsi :

Tour 2 : *1 ms, 2 ms dans la m suivante* = 18 m
Tour 3 : *2 ms, 2ms dans la m suivante* = 24 m
Tour 4 : *3 ms, 2ms dans la m suivante* = 30 m
Tour 5 : *4 ms, 2ms dans la m suivante* = 36 m
Tour 6 : *5 ms, 2ms dans la m suivante* = 42 m
Tour 7 : *6 ms, 2ms dans la m suivante* = 48 m

Chaque tour se termine donc par 2 ms dans la dernière m du tour précédent, celle qui comporte le marqueur.
Déplacer l’anneau marqueur à chaque fin de tour sur la dernière des ms crochetée.

P1090990

Changer de fil de façon aléatoire sur un ou plusieurs rangs selon l’effet désiré, et en crochetant en majorité le chanvre.

 P1090996Arrêter les augmentations quand on obtient :
grande corbeille > 138 m (22 tours)
moyenne corbeille > 114 m (18 tours)
petite corbeille >90 m (14 tours)

A partir de là, crocheter une ms dans chaque ms du tour précédent, pendant 8 (6-4) tours. Le rebord de la corbeille va se former tout seul. Terminer par une maille coulée.
Rentrer les fils des changements de coloris.

La corbeille est prête il ne reste plus qu’à la fixer au mur à l’aide d’un petit clou au centre !
P1100005
Pour obtenir le tuto en pdf, téléchargeable et imprimable, clic clic :

lien tuto

une journée à Lille

Vous commencez à le savoir, on aime marcher en famille et découvrir les villes, les territoires et les gens… A Lille, que nous connaissions un peu, on a voulu parcourir la ville en traversant les quartiers qu’on aimait déjà et en découvrant des coins nouveaux pour nous. C’était en octobre 2016.

En cliquant sur ce lien, vous avez accès au parcours détaillé de notre promenade de 6 km dans le centre de Lille, de la station de tramway Romarin jusqu’à l’ancienne gare Saint Sauveur.

Nous avons commencé par le jardin des Géants à la Madeleine, un parc contemporain créé en 2003 par les paysagistes de l’Atelier Mutabilis. Ce vaste havre de paix au coeur d’un secteur en mutation est traversant, et il permet d’établir des parcours piétons et des usages ludiques dans un quartier qui était auparavant peu animé…
On l’a trouvé magnifique avec ses couleurs automnales, très amusant pour les enfants, avec les pas japonais au dessus des bassins, les sculptures et masques d’animaux, les têtes géantes en osier végétalisé, les multiples recoins où jouer à cache-cache…

p1090248

Continuer la lecture de « une journée à Lille »

février à imprimer, et plus encore !

Vous m’écrivez souvent pour me demander les calendriers un peu plus tôt, de manière à remplir vos plannings bien en avance !

Janvier 2017 se termine, je suis très en retard et je sais que vous attendez avec impatience de remplir votre calendrier de février.
Mais vous allez vite m’excuser car pour la peine voici Mars, Avril, Mai et même Juin, 5 mois à imprimer dès maintenant pour une organisation professionnelle, familiale etc… au top !

Un par enfant, un pour la famille, un dans le bureau, tout est possible…
Ca me ferait plaisir de voir comment et où vous les utilisez, n’hésitez pas à partager sur vos réseaux sociaux !

Pour imprimer ces mois sur un format A4, il suffit de cliquer sur chacun :

janvier 2016

janvier 2016

janvier 2016

janvier 2016

janvier 2016

Rendez-vous au printemps 2017 pour imprimer la suite de l’année !

 

Bonnets en tissage de perles

Depuis que j’ai découvert le tissage de perles grâce à Karen de Mon Petit Bazar et ses chouettes conseils lors d’un atelier au dernier salon Créations & Savoi-Faire, j’ai initié mes filles et on ne s’arrête plus.
Alors évidemment, ça demande pas mal de concentration et je dois reconnaitre que je ne peux tisser qu’en plein jour, le soir je ne vois plus rien, mais ça vaut le coup, je trouve que le résultat est toujours très satisfaisant.
Une longue aiguille, le bon fil, un petit assortiment de perles et c’est parti ! Par ici, Karen détaille techniques, astuces, méthodes, tout y est.

P1090844 On adore suivre des grilles trouvées sur le net, mais maintenant on prépare aussi nos propres grilles de motifs à tisser.
J’ai déjà tricoté des tas de bonnets, mais c’est la première fois que j’en tisse, alors on retrouve un petit motif jacquard, forcément !
On les a montés en broches, en collant un support au dos.

P1090864ado, bonnet tricoté, bonnet en perles, pull tricoté, le tout homemade !

Si vous aussi vous voulez tisser des bonnets, voici la grille, à télécharger et imprimer. Un petit clic sur l’image et la grille est pour vous :

photo + grille

Alors, qui va tisser des bonnets ?
Hâte de voir vos réalisations !

Le Familistère de Guise

p1080732

Parmi les utopies réalisées, le Familistère de Guise est l’une des plus spectaculaires et l’une des plus complètes encore aujourd’hui. Le lieu est aussi beau que l’utopie est noble.

Jean-Baptiste André Godin a fait fortune dès les années 1840 grâce à ses fameux poêles en fonte. Issu lui-même d’un milieu modeste, il a eu à coeur d’agir pour l’amélioration des conditions de vie des ouvriers en créant non seulement un lieu de production et d’habitation, mais aussi un système d’association coopérative de production : la Société du Familistère, qui a géré l’usine Godin de 1880 à 1968.

p1080731Inspiré par le phalanstère de Fourier, Godin a néanmoins développé sa propre conception idéale de la colonie ouvrière, bâtie de 1858 à 1883.

Le Familistère est composé de deux éléments indissociables : l’usine, qui a employé jusqu’à 1500 personnes, et le palais social où étaient organisés tous les aspects de la vie des ouvriers et de leurs familles. Le palais social comporte non seulement les logements mais aussi des écoles, un théâtre, une buanderie collective, des bains, une piscine, une bibliothèque, des économats (magasins coopératifs), une épicerie, une mercerie et des jardins.

p1080620

Aujourd’hui le site accueille les visiteurs dans un magnifique ensemble d’espaces muséographiques, de lieux de patrimoine restaurés et d’expositions. C’est un musée habité, et un lieu vivant accueillant spectacles, manifestations culturelles et expos temporaires, à côté des usines toujours en fonctionnement.

p1080598

La piscine et sa prouesse technique du plancher mobile pour le bassin d’apprentissage :

p1080599

L’aile gauche du palais social au bord de l’Oise :

p1080603 p1080605 Le jardin a été créé par Jean-Baptiste André Godin lui-même, à proximité de l’usine.

p1080612

p1080689

Dans le pavillon central du palais social nous avons été impressionnés par la qualité des espaces muséographiques et par leur contenu !

Au programme : comprendre la structure de l’édifice et les matériaux utilisés, découvrir le contexte social de l’époque et l’utopie réalisée dans ce palais social où les travailleurs participent à la gestion et aux décisions en devenant propriétaires de l’usine et du palais, écouter les témoignages de protagonistes de l’aventure, les critiques du programme, et aussi, pour aller plus loin, découvrir d’autres expérimentations sociales à travers le monde.
Nous avons adoré l’expo temporaire « Les machines à habiter des XXe et XXIe siècles » qui présentent des exemples de nouvelles façons d’habiter et de vivre en collectivité à travers le monde.

Le musée présente l’étendue des produits Godin de 1840 à aujourd’hui : non seulement les poêles, cuisinières et réfrigérateurs, mais aussi une grande diversité d’articles ménagers qui ont été diffusés dans le monde entier, ainsi que les produits des marques concurrentes.

p1080692Le musée évoque bien sûr les générations de Familistériens et le fonctionnement du sytème social de la Société du Familistère.

p1080695

Les logements sont organisés sur des coursives autour de vastes cours couvertes, lieu de rassemblements, de festivités et de sociabilité du quotidien. Des appartements témoins reconstituent le cadre de vie aux différentes époques. Godin souhaitait apporter aux familles les « équivalents de la richesse » : les mêmes conditions de confort et de salubrité que celles de la bourgeoisie.

p1080720p1080658p1080660p1080617 p1080618
p1080628 p1080638 p1080639 Le musée présente les techniques constructives, et les systèmes extrêmement innovants pour l’époque qui garantissaient hygiène, confort et salubrité.

p1080640

La coupe grandeur nature à l’intérieur de l’édifice est un parfait outil pédagogique pour comprendre la structure et la technique du bâtiment.

p1080641 p1080685p1080642 p1080646 p1080647

Les enfants ont aussi été particulièrement intéressés par l’exposition sur les expériences sociales et architecturales comparables dans le monde. Les maquettes sont superbes et la frise comparative hyper claire et très instructive !

p1080679 p1080684p1080715

Les dispositifs interactifs et adaptés à tous permettent de maintenir longtemps l’intérêt des plus jeunes.

p1080714
p1080688

p1080696 p1080702

p1080721 Nous recommandons de prévoir, comme nous l’avons fait, une journée complète de visite, pour profiter des expos et projections temporaires, du musée et des espaces extérieurs, pour admirer le théâtre et la buanderie qui sont ouverts à certains horaires, sans oublier une pause déjeuner à la buvette.

p1080727

Matisse, le laboratoire intérieur

p1090652

L’affiche épurée de l’expo m’intriguait : j’avais hâte de découvrir l’expo « Matisse, le Laboratoire Intérieur » au Musée des Beaux Arts de Lyon. Pour moi (avant l’expo) Matisse était quasiment synonyme de couleurs flamboyantes, traits vifs et lumineux de couleurs fauves.
Alors en fait, Matisse, c’est bien plus que ça !

p1090654

Matisse commence sa carrière professionnelle en étant clerc de notaire. C’est lors de sa convalescence suite à une crise d’appendicite qu’il découvre la peinture. Il part se former à Paris dans les années 1890 et travaille sa technique grâce à la copie des maitres anciens. Mêlant techniques traditionnelles et influences de ses contemporains, Matisse ne cesse de travailler et d’élaborer son propre langage pictural. Matisse pratique un entrainement quotidien des différents outils et supports, comme une sorte de « Laboratoire Intérieur ». Dessin, peinture, gravure, sculpture, tout est expérimenté, pratiqué et mis en relation, chaque technique faisant écho à une autre.
C’est ce qui est montré tout au long de cette expo, en 14 séquences à la fois thématiques et chronologiques.

La vraie chance a été d’avoir une visite guidée par Romain, intarissable sur l’art de Matisse et l’exposant d’une façon absolument passionnante et claire, tant pour les adultes que pour les enfants, mettant en relation la vie du peintre, sa technique, ses intentions et ses relations au milieu artistique de l’époque.

p1090661 p1090667 Tout prend un sens différent quand est mis en lumière le travail sur le trait de Matisse selon les outils (encre, crayon…), sur sa recherche sur la couleur et le travail du volume.

p1090668 p1090669 p1090671

« nature morte à la statuette » 1908

p1090675 p1090676 p1090682 p1090684« mademoiselle Yvonne Landsberg » 1914

p1090686

« portrait de Greta Prozor » 1916

p1090690 p1090692 J’ai été fascinée par la section 10 : « La blouse romaine ». On découvre ici l’intérêt que portait Matisse au textile. Son trait et la couleur l’exprime dans ses tableaux, le détail d’une étoffe prenant parfois le pas sur le reste.

p1090697 p1090698

« nature morte à la dormeuse » 1940

La section 11 m’a fait découvrir le travail prolifique du peintre en matière d’études et croquis : « Cinématographie. Thèmes et variations ». Il parle lui-même de sa pratique : « une cinématographie des sentiments ».

p1090702

« Femme assise dans un fauteuil » 1942

p1090705 p1090706 p1090710 p1090711En fin d’expo on découvre également ses liens avec le Musée des Beaux Arts de Lyon.
Pour en savoir plus sur la démarche artistique de Matisse et son parcours, filez voir l’expo, c’est jusqu’au 6 mars 2017 à Lyon ! L’expo est très abordable avec les enfants, il y a même un petit livret conçu spécialement pour eux !
Je remercie chaleureusement le Musée des Beaux Arts de Lyon pour la visite privilégiée et passionnante.