Novembre à imprimer

L’automne est bien entamé !
Voici novembre à imprimer pour poursuivre les bonnes résolutions d’organisation professionnelle, familiale etc…

Un par enfant, un pour la famille, un dans le bureau, tout est possible…
Ca me ferait plaisir de voir comment et où vous les utilisez, n’hésitez pas à partager sur vos réseaux sociaux !

Pour imprimer NOVEMBRE 2016 sur un format A4, il suffit de cliquer ici :

Rendez-vous début novembre 2016 pour imprimer celui de décembre !

Ma vie de Courgette

couv

Il m’est arrivé un truc incroyable : je suis devenue fan d’un film avant même sa sortie !
J’ai pu voir l’exposition de l’envers du décor du film d’animation « Ma vie de Courgette » au Musée Miniature et Cinéma de Lyon.
Ce Musée est un concept unique en Europe, qui rassemble une riche collection de décors et d’éléments ayant servis aux tournages des plus grands classiques du cinéma. Il a été fondé par Dan Ohlmann, généreux et volubile en anecdotes sur le sujet cinéma !

p1080235

Dès le premier coup d’oeil sur l’exposition, j’ai été touchée par la gamme chromatique de l’ensemble : des couleurs à la fois sourdes et franches, comme patinées et gardant les traces du passé.
Les marionnettes aux grands yeux m’ont vraiment émue, elles ont un pouvoir puissant !
J’ai un petit faible pour Ahmed et son pull tricoté à rayures, sûrement une petite nostalgie des mini-habits que je tricotais pour les poupées des enfants !
Les décors touchent par leur sens du détail, par l’émotion qu’ils dégagent dans leur allure surannée : la salle de classe et la cantine sont parfaites, la fête foraine est magique, le chalet aux volets bleus donne envie de s’y installer.

Courgette croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère, il va découvrir et apprendre un nouvelle vie dans le foyer pour enfant qui l’accueille. L’histoire est inspirée du roman de Gilles Paris « Autobiographie d’une Courgette ».

dans-la-neigep1080213 p1080221 p1080238

grenierLe film de Claude Barras, une production franco-suisse sort le 19 octobre et depuis le 7 octobre (et jusqu’au 2 avril 2017), on peut découvrir les coulisses du film et c’est une magnifique et touchante exposition qui permet de redonner vie aux décors et personnages. La fabrication des personnages et des décors, ainsi que le tournage du film se sont déroulés dans les studios du Pôle Pixel à Villeurbanne.

decors

a-la-neige_6

 On découvre avec émotion les coulisses de la conception du film, du story-board au making-of, en passant par la fabrication des décors et des marionnettes jusqu’aux techniques de tournage. Le film a nécessité plus de 3 ans de travail en studio à plus d’une centaine de personnes !

p1080237Ce fut une grande découverte pour moi de comprendre les rouages de la conception d’un film en « stop motion », ce système d’animation image par image permettant de créer un mouvement à partir d’objets immobiles. Les 24 images qui composent 1 seconde de film sont autant de prises de vues différentes et donc autant de scènes à modifier légèrement.
D’où les collections de bouches, sourcils, paupières et d’yeux qui se fixent sur les têtes pour rendre les diverses émotions, d’où les diverses armatures et systèmes ingénieux à rotules pour animer les marionnettes.

a-la-neige_3

montage-personnages p1080229On imagine aisément le travail colossal que ce film a demandé !
Finalement, on est à mi-chemin entre l’artisanat (avec la fabrication des décors et des marionnettes) et l’ultra-technologie (pour assurer l’animation au millimètre près !). L’expo présente 35 personnages (sur les 50 fabriquées pour le film), 9 décors originaux recomposés (sur les 60 préparés pour le film), les étapes de la fabrication d’une marionnette, des planches préparatoires, des making-of et des séquences de films.

affiche-ma-vie-de-courgetteJ’ai hâte de découvrir Courgette sur grand écran le 19 octobre, et de retourner voir l’exposition avec les enfants. Ca sera également l’occasion de revoir le Musée Miniature et Cinéma, qui est vraiment une belle sortie à faire !
Quand on sait qu’en plus la BO est signée Sophie Hunger, et quand on regarde le teaser trop mignon, plus de doute, on fonce voir Courgette !

l’appartement témoin des Gratte-ciel de Villeurbanne

couv2 p1070880 Nous avons eu la chance de découvrir l’appartement témoin des Gratte-Ciel tel qu’il était à sa création en 1935, en remontant le temps grâce à Cybèle !

Lucille, notre guide, a un don de medium : elle a rapidement laissé la place à son ancêtre Lucette, qui s’exprime à travers elle pour nous vanter les mérites du nouveau quartier qui est en train de s’élever à Villeurbanne au début des années 1930. Ce sont alors les plus hauts immeubles d’habitation en France, construits par la Société Villeurbannaise d’Urbanisme sous les ordres du maire socialiste Lazare Goujon, et destinés à accueillir les ouvriers qui affluent en masse dans la ville en plein développement industriel.

p1070901

Lucette, qui nous prend pour des ouvriers à la recherche d’un logement dans le nouveau centre-ville de Villeurbanne, essaie de nous convaincre d’emménager dans un appartement de la SVU. Nous découvrons l’incroyable confort moderne dont sont dotés les logements : téléphone, eau chaude et gaz à tous les étages, toilettes individuelles dans les appartements, vide-ordures…
Lucette pointe également l’élégance des détails architecturaux très à la mode : les vitraux géométriques, le travail sur l’escalier …

p1070902 p1070903 p1070904 p1070905 La presse internationale de l’époque relate d’ailleurs cette opération urbaine novatrice et unique au monde.

p1070883p1070885 p1070888p1070890 p1070892 p1070906 L’ensemble architectural est caractérisé par les principes hygiénistes : les logements sont tous très lumineux et aérés malgré leur densité, au moyen de leur plan en redans et leurs volumes découpés en gradins.

p1070907

C’est grâce à la création des Gratte-Ciel que Villeurbanne a manifesté son identité propre et son autonomie par rapport à Lyon, en se constituant un centre-ville monumental, animé et moderne.

p1070908 Il s’agit d’un véritable centre-ville vivant qui présente une mixité fonctionnelle : au rez-de-chaussée des immeubles d’habitation se trouvent de nombreux commerces, et au coeur du quartier l’hôtel de ville se signale de loin par son impressionnant beffroi, face au palais du travail qui comporte un théâtre, une piscine, des salles de réunion, un dispensaire.

p1070916

Lucette nous a convaincus !
A la fin de la visite, Lucette redevient Lucille et on peut alors lui poser des questions plus contemporaines sur l’évolution du quartier et son histoire actuelle. Nous avons vraiment adoré cette visite à la fois ludique, instructive et insolite !

Cybèle organise plein d’autres visites insolites et théâtralisées, dans d’autres quartiers et d’autres époques, en convoquant d’autres fantômes du passé qu’on espère avoir l’occasion de rencontrer prochainement pour le plaisir de découvrir le patrimoine en s’amusant…

Brest en devenir

couv-brest
Depuis longtemps on aime passer une journée à Brest lors de nos vacances dans le Finistère, notamment pour refaire le plein de livres à la formidable librairie Dialogues. Mais cet été 2016 nous avons fait une promenade plus longue que d’habitude, à pieds et en tramway, pour découvrir différents quartiers…

P1060724 Après avoir gravi les escaliers du port du commerce, nous traversons la promenade du cours Dajot, en admirant les vues incroyables, avant de rejoindre la rue de Siam puis l’église St Louis.

p1060836 p1060713 p1060842p1060719 L’église St Louis a été construite entre 1953 et 1958 sur les ruines de l’ancienne église du XVIIIème siècle détruite par la seconde guerre mondiale. Nous avons été impressionnés par la pureté de ses lignes, sa dimension verticale, ses volumes démesurés et sa lumière intérieure.

P1060729

P1060769

P1060738

La nef est complètement dissymétrique. Le lumineux mur-verrière Est répond au massif mur Ouest, presque aveugle pour protéger l’édifice des violentes intempéries portées par les vents marins. Ce mur Ouest est néanmoins doté de petits vitraux colorés perchés 15 m au-dessus de nos têtes…

P1060753

P1060748

P1060750

P1060761

P1060764

P1060765

La chapelle du baptistère présente une dimension  moins écrasante et plus en rapport avec l’échelle humaine.

P1060768

A côté de l’église, les halles Saint Louis d’architecture moderniste étaient en fin de rénovation lors de notre passage dans l’été 2016 et méritent qu’on revienne déguster ses produits.

P1060771

P1060783

L’hôtel de ville de Brest trône au sommet de l’axe majeur formé par la rue de Siam. Sa silhouette imposante est encadrée par la géométrie symétrique de la place de la Liberté, animée par des jets d’eau dynamiques.

P1060793

Nous avons ici emprunté le tramway pour nous rendre dans le quartier de Recouvrance, et parcourir la rue Saint Malo, unique rue conservée en l’état après les bombardements de 1944, et dont les ruines stabilisées accueillent aujourd’hui des actions associatives et culturelles ouvertes à tous.

P1060798

P1060799

P1060805

P1060806

P1060810

P1060814

P1060820

P1060821

P1060831

P1060834

Enfin l’aperçu du chantier du plateau des Capucins,  écoquartier en cours de construction dans les anciens ateliers de métallurgie navale, nous a donné envie de revenir voir la naissance de ce nouveau quartier  qui sera relié au centre-ville dès octobre 2016 par le premier téléphérique urbain à usage de transport en commun en France.

P1060716

Pour le parcours complet de notre balade brestoise, il suffit de cliquer sur l’image :

brest

On reviendra dans quelques temps et on cette fois, c’est sûr, on testera le téléphérique !

Grand Train

Je me souviens du temps où papa nous avait embarqués sur un pont pour faire signe au premier TGV qui passait dans notre région, je me souviens des magazines « La vie du Rail » empilés sur la table basse du salon, je me souviens de cette maquette de train géante dans le garage, du bruit que faisait ces trains miniatures en passant un aiguillage et du temps passé à réaliser les gares et autres bâtiments miniatures…
Conséquence délicieuse, aujourd’hui j’adore prendre le train et même attendre un train, les ambiances de gares me fascinent, et je rêve d’un tour du monde en train !

img_1380

img_1381

Je ne pouvais pas louper Grand Train, ce lieu alternatif et éphémère (et donc unique) qui prend place dans un ancien atelier de maintenance de locomotives de la SNCF (« dépôt ferroviaire Chapelle »), au 26 ter rue Ordener, à Paris 18e. Grand Train a investi cette friche industrielle en attendant les travaux des logements. Il est encore temps de le découvrir, il ferme ses portes le 16 octobre.

img_1382 img_1383 img_1384 img_1385 img_1386 img_1387

Envie de siroter une bière assis sur des rails en plein air, ou encore confortablement installé dans un fauteuil moelleux dans la voiture d’un train, tandis que défilent des images de paysage sur grand écran ? Et si on faisait une partie de pétanque entre les rails, après un délicieux burger ?
Grand Train c’est le choix entre 8 points de restauration et 6 bars dont les noms évocateurs font d’emblée voyager, j’avoue, j’ai commandé une bière au California Zephyr (ce train mythique qui traverse les USA de Chicago à San Francisco) rien que pour son nom !
Ateliers, expos, concerts tout le programme est ici !

img_1390 img_1393img_1395img_1398 img_1399 img_1404 img_1405 img_1410 img_1411 img_1412 img_1425 img_1432img_1440

Redonner vie à ce grand lieu (2,5 hectares) est un pari parfaitement réalisé : la mémoire du site est le point de départ de toute la scénographie.
Sans en faire des tonnes, la référence aux trains et à tout ce qui les évoque est omniprésente : 25 locomotives anciennes venues des 4 coins de la France sont mises en scène, un écran géant diffuse des images vintages de gares et de train, des costumes anciens de cheminots, des banquettes, de la signalétique ça et là…

C’est quand et où le prochain Grand Train ?

un week-end à Banne

couv4

Nous avons découvert l’Ardèche il y a seulement 4 ans, et on se demande bien comment on avait pu jusque là ignorer une si belle région, si proche de chez nous… Depuis on y passe au moins un weekend par an, pour se rattraper.

Les paysages ardéchois sont riches et contrastés. Le village de Banne, situé tout à fait au sud du département, présente un paysage de transition entre les collines verdoyantes et les contreforts des Cévennes plus secs. Le relief escarpé, les forêts épaisses et les panoramas vertigineux, accessibles directement depuis le village pittoresque, en font un lieu de promenade et de séjour de grande qualité.

Nous recommandons tout particulièrement de séjourner à l’Auberge de Banne (si possible sans enfants, ou avec des enfants extrêmement calmes, pour profiter de la sérénité paisible des lieux !), de prendre le temps de savourer le grand confort de l’établissement, et de découvrir les environs par cette petite promenade de 5 km depuis l’hôtel que nous avons concoctée (cliquer sur la carte ci-dessous pour le détail du parcours, à télécharger).

Cette belle promenade donne un bon aperçu de la diversité des paysages locaux.

P1010309 Le village de Banne, au sommet de la colline, est séparé en deux quartiers autour de l’église d’une part, et au pied des ruines du fort d’autre part.

P1010311 P1010312 P1010314 La promenade, qui emprunte en grande partie la forêt de Banne, est idéalement ombragée et fraîche en période estivale. La forêt a regagné ses droits depuis l’abandon des mines de charbon il y a un siècle. On peut encore apercevoir certains vestiges de ces mines. La forêt est classée en Zone Naturelle d’Intérêt Faunistique et Floristique de type I. De fait on y contemple une grande diversité végétale, mélange de végétation méditerranéenne et de moyenne montagne. Les chênes verts et les pins y côtoient les châtaigniers, les fougères et la bruyère.

P1010317 P1010324 P1010328 P1010332 P1010334 P1010335 P1010336 P1010338 P1010341 P1010344 P1010347 Ne manquez pas de monter au sommet du fort pour admirer depuis son belvédère les points de vue sur le massif des Cévennes en contrebas.

P1010352

Nous devons l’avouer, nous avons honteusement abusé du prétexte des 5 misérables kilomètres de randonnée pour justifier ensuite le droit de nous prélasser dans cette auberge de rêve. Mais il serait dommage de ne pas en profiter tellement les différents lieux de l’auberge sont accueillants et confortables, à commencer par les chambres.

P1010258 P1010259 P1010266 P1010282 P1010285 P1010289 La piscine, située à quelques pas de l’auberge, est petite mais très agréable, et dotée d’une jolie vue.

P1010290 P1010292 P1010295

P1010367

Le salon aux miroirs et son patio sont calmes et accueillants, le temps y semble suspendu… l’endroit idéal pour tricoter quelques rangs !

P1010375 P1010304 Le restaurant propose des produits locaux dans un esprit de bistronomie. On hésite à s’installer dans la véranda, dans la salle ou en terrasse sur la place de la fontaine ? Il faut alors prévoir 3 repas pour essayer les 3 ambiances ! Planches de charcuteries ardéchoises, plats de retour du marché, on a tout aimé…

P1010305P1010306

P1010355P1010360
P1010363 P1010364 P1010379

Octobre à imprimer

On reprend le rythme et on le garde !
Voici octobre à imprimer pour poursuivre les bonnes résolutions d’organisation professionnelle, familiale etc…

Un par enfant, un pour la famille, un dans le bureau, tout est possible…
Ca me ferait plaisir de voir comment et où vous les utilisez, n’hésitez pas à partager sur vos réseaux sociaux !

Pour imprimer OCTOBRE 2016 sur un format A4, il suffit de cliquer ici :

Rendez-vous début octobre 2016 pour imprimer celui de novembre !

Le Jardin Georges Delaselle sur l’île de Batz

jardin

Le climat doux de l’île de Batz, au nord de Morlaix, est sans doute la particularité qui a motivé Georges Delaselle, assureur et passionné de plantes exotiques, d’y aménager un jardin exotique.
Les travaux et aménagements durent de 1897 à 1918. A partir de 1944, après la mort de son fondateur, le jardin est petit à petit abandonné. En 1997 le jardin devient propriété du Conservatoire du Littoral, lui garantissant ainsi sa réhabilitation (grâce à l’association « Les Amis du jardin Georges Delaselle ») sa sauvegarde, et son développement.

P1060669P1060642Le Jardin Georges Delaselle est remarquable par ses collections de plantes exotiques. On traverse une pelouse vert tendre, on descend dans une Palmeraie (creusée comme un écrin, pour protéger les plantes) dense et humide. On découvre une cacteraie impressionnante, une rocaille de plantes à bulbes, un jardin d’herbes … et enfin la lande fleurie et sa vue panoramique sur Roscoff et la mer.
Il faut absolument prendre le temps de découvrir ce foisonnant jardin, il nous embarque pour un voyage privilégié à travers des ambiances exotiques variées.

P1060621P1060619P1060625 P1060629 P1060633 P1060649 P1060646 P1060652 P1060653 P1060655 P1060663 P1060670 P1060673

Accessible en navette-bateau depuis Roscoff, l’île de Batz, véritable petit paradis, se découvre aisément sur la journée. On peut louer un vélo en arrivant et parcourir les chemins de l’île pour découvrir les différentes plages variées.

P1060685 P1060582P1060680 P1060699 P1060686 P1060700

Prochaine ballade : on part complètement à l'ouest, pour (re)découvrir Brest, stay tuned !

 

Un peu de San Francisco

san francisco

Nous avons commencé et terminé notre road trip californien en avril 2016 par la baie de San Francisco. Ces quelques jours sur place se sont révélés beaucoup trop courts, non seulement parce que nous avions des amis à voir, mais aussi parce qu’il y aurait encore tant à découvrir dans cette agglomération accueillante et surprenante…

Il y a bien sûr les incontournables sites du tour touristique : les lacets de Lombard street, Fisherman’s Wharf avec sa halle de marché et son défilé de tramways vintage, la fabuleuse vue sur la skyline depuis Dolores Park ainsi que les boutiques du quartier Mission Dolores :P1040196Les mythiques Painted Ladies produisent toujours leur effet : P1040200 P1040204 P1040208 P1040209

A Baker Beach, nous avons assisté au nettoyage de la plage par les volunteers. L’action publique par les organisations de bénévoles est très développée en Californie, et peut parfois influencer fortement la vie politique.P1040281 P1040288Le Golden Gate Bridge est régulièrement nimbé d’un voile de brume, le fog belt, qui est à l’origine de la grande diversité végétale de la région. C’est notamment ce brouillard qui offre aux séquoias géants de Muir Woods, non loin, la source d’humidité indispensable pour résister aux chaleurs estivales. La promenade littorale en rive sud du Golden Gate Bridge propose une succession de beaux points de vue, sans parler de ce sentiment de devoir se hâter pour sauver Kim Novak de la noyade, et revivre le « Vertigo » de Hitchcock…P1040291 P1040293 P1040295 P1040299 P1040304

Les rues de San Francisco, c’est le titre d’une série TV mythique. C’est aussi une inépuisable source d’émerveillement. On pourrait déambuler sans fin dans ces rues qu’on ne trouve nulle part ailleurs, caractérisées par l’ondulation des étroites façades à bow windows, toujours pimpantes, et par les pentes prononcées…

P1040177 P1040179 P1040191 P1040309 P1040314 P1040320Le bruit de friction du câble enchâssé sous la chaussée est caractéristique des rues dans lesquelles circulent les cable cars depuis 1873.

P1040326 P1040335 P1040336 P1040337 P1040338Au nord de San Francisco, Sausalito est une cité flottante fondée par des hippies dans les années 1970. Aujourd’hui les house boats sont investis par les bobos…

P1040271 P1040273 P1040275 P1040276

Le vaste quartier chinois de SF est particulièrement vivant et commerçant. De nombreux restaurants simples et populaires servent des spécialités délicieuses.

P1040318 P1040321 P1040324 P1040325 P1040328 P1040329 P1040331

Le Golden Gate Park, conçu par Olmsted le paysagiste de Central Park NY, est plus grand que ce dernier. C’est un univers en soi. Au cœur du parc, le SF Botanical Garden est une splendeur. Plus grand jardin botanique de la côte ouest des Etats-Unis, il s’étend sur 22 hectares et présente les milieux naturels des différents continents. On peut y herboriser (avec les yeux et les appareils photos), enrichir ses connaissances botaniques, ou tout simplement profiter d’un voyage dépaysant…

P1050309 P1050310 P1050311 P1050312 P1050313 P1050314 P1050315 P1050316 P1050319 P1050320 P1050321 P1050323 P1050324 P1050325

 

Comment établir une sélection de boutiques et de cafés ? Impossible, ou il faudrait y consacrer des semaines et des dizaines de pages… Nous avons en tout cas pris beaucoup de plaisir à découvrir ces quelques établissements, concentrés notamment dans le quartier Mission.

P1040169Pour une pause café ou pour un repas entre amis qui s’éternise : Lolo. P1040189Pour ses smoothies organic, pour ses burritos ou pour ses spécialités d’oeufs : Dolores Park Cafe. P1040192 A Oakland, à la limite de Berkeley, est située LA boutique de laines et tissus : A verb for keeping warm (AVFK). C’est une véritable institution pour les fans de tricot et de belles matières. A noter : toute une collection de fils teintés par l’enseigne.

P1050298 P1050300 P1050303A SF, au bout de Judah Street dans un quartier supracool qui vaut la visite, se trouve General Store, un petit miracle de concept store, californien à souhait, mix entre chic bohème, tendance amérindienne, art & craft… Son petit jardin expose une très belle collection de plantes remarquables, cactus, épiphytes, fougères…P1050327 P1050328 P1050329 P1050330 P1050331 Belle ambiance et bonne chère à la brasserie Saint James de Mission Disctrict :

P1050334Et enfin notre gros coup de cœur : Heath Ceramics, usine-boutique-café, où sont fabriquées sur place une partie de ses belles pièces de vaisselle et céramiques de décoration.

P1050336 P1050337 P1050338  P1050342 P1050343 P1050349Il nous a été très difficile de quitter la baie de San Francisco et la Californie. Ces 2 semaines de road trip ont été tout juste suffisantes pour commencer une exploration, il y aurait encore tant d’expériences à vivre ici… La prochaine fois on viendra un mois entier !