Septembre à imprimer

Encore à la plage, au bord de la piscine, ou au grand air à la montagne, profitez-en !
Pour anticiper et reprendre le rythme en douceur, voici Septembre 2016 à imprimer, pour organiser la rentrée au mieux.

Un par enfant, un pour la famille, un dans le bureau, tout est possible…
Ca me ferait plaisir de voir comment et où vous les utilisez, n’hésitez pas à partager sur vos réseaux sociaux !

Pour imprimer Septembre 2016 sur un format A4, il suffit de cliquer ici :

aout2016

Sequoia National Park

couv

Sequoia Park c’était une destination qui nous faisait rêver il y a 20 ans, lorsque nous étions étudiants en paysage… Les arbres les plus vieux du monde, c’est quelque chose !

Et pour que le séjour soit à la hauteur du rêve, nous y avons passé 2 jours en dormant au coeur du parc.

Nous avons commencé par faire le plein de carburant avant de rentrer dans le parc, pour éviter la panne sèche par manque de station service. Par contre on peut trouver dans le parc de l’eau et quelques boutiques et restaurants (au niveau des campings), mais mieux vaut prévoir des provisions.
P1050208 Le parc comporte des zones montagneuses (dans le massif de la Sierra Nevada), des vallées et des plateaux d’altitude. Il est sillonné de torrents et couvert de forêts de redwood cedar et de pins. Et on y trouve bien sûr les fameux séquoias géants dans les quelques sites qui présentent les caractéristiques précises nécessaires au développement du plus haut des arbres. Fin avril il y avait encore de la neige dans les zones les plus froides.
P1050237 P1050243 Le mythique General Sherman est l’arbre le plus vieux (2200 ans) et le plus volumineux (1487 m3) recensé sur terre, à défaut d’être le plus haut depuis qu’un orage a détruit sa cîme (83 m de hauteur tout de même).P1050248 P1050255 P1050258 C’est une grande émotion de côtoyer ces géants, de toucher leur écorce douce comme du velours et leurs cicatrices d’incendies. Les incendies font partie de la vie des séquoias. Ils leur permettent de se développer en éliminant leurs concurrents car ils sont les seuls à survivre au feu tandis qu’ils risquent d’être étouffés par d’autres essences à la croissance plus rapide. P1050262 P1050263 P1050264 Au coeur du parc national, l’hôtel Wuksachi Lodge propose un séjour rustique, confortable et authentique. Nous avons apprécié le feu de sa cheminée car la tombée de la nuit fait chuter la température en-dessous de 10°C.P1050270 P1050271

Nous n’avons hélas (ou heureusement !) pas croisé d’ours. Il est interdit de laisser dehors ou dans les voitures des déchets ou de la nourriture qui pourraient attirer les ours et les rendre agressifs.P1050272 P1050273 P1050274 P1050275 P1050279 P1050281 P1050282

Situé dans Kings Canyon National Park, qui est fusionné avec Sequoia National Park, General Grant est le deuxième plus vieil arbre recensé sur terre.P1050284 P1050288 P1050291 P1050294 P1050297

Il ne faut pas manquer l’expérience unique de l’ascension des 400 marches de Moro Rock, dôme de granit au-dessus d’un précipice de 2050 m de haut. Les sensations fortes sont garanties, la vue depuis le belvédère supérieur embrasse à 360° le panorama de la Sierra Nevada, qui comporte 12 sommets culminants à plus de 4000 m d’altitude.P1050213 P1050216 P1050217 P1050219 P1050221 P1050224 P1050225 P1050226 P1050227 La descente est encore plus vertigineuse que la montée…P1050229 P1050230 P1050232 P1050233A Sequoia National Park tout particulièrement, comme dans beaucoup de sites californiens, nous avons ressenti des sensations de gigantisme et d’immensité des étendues… Il s’agit d’une particularité géographique et naturelle qui rencontre des échos dans la culture et le mode de vie des Etats-Unis…

Prochain billet : fin du road trip en Californie à SF, stay tuned !

les coulisses de l’opéra de Lyon

Grâce au compte instagram ruedelarepublique, j’ai eu la chance de pouvoir visiter en petit comité les coulisses de l’Opéra de Lyon.
La passionnante Ilaria, notre guide, nous a entrainés dans un véritable voyage, depuis le niveau -5 jusqu’au niveau +12 de l’édifice.

P1060121 L’Opéra, reconstruit par Jean Nouvel (qui n’a conservé que les 4 murs et le grand foyer du public) a été inauguré en 1993. Véritable prouesse technique et architecturale, c’est aussi un édifice chargé de symboles qui raconte une histoire, une histoire entre passé et présent, entre architecture néo-classique et architecture contemporaine, entre espace public et espace privé. Tous les publics sont accueillis, l’Opéra se veut un édifice accessible à tous les lyonnais.

Dès l’entrée dans le bâtiment, on est invité au voyage par des éléments rappelant l’architecture des aéroports, des lieux publics (escalators, signalétique…). Le plafond bas, la couleur noire et les hautes baies jouent avec la lumière extérieure, mêlant l’espace de la ville et l’espace d’un lieu emprunt de solennité.P1060136P1060138

P1060139P1060144 P1060146

P1060134 Le grand foyer est la seule salle conservée et restaurée, témoin du théâtre de 1831, avec ses éléments historiques, décoratifs et architecturaux.
Au niveau -5 on trouve la salle de répétition (de surface équivalente à la scène de la grande salle, l’orchestre en moins). On peut y descendre le camion apportant les décors sur un monte-charge. Celui-ci permet également de remonter les décors sur la scène de la grande salle, après les répétitions, au niveau +3.P1060172 P1060166 P1060155

Dans tout l’édifice on trouve des rappels de la couleur rouge, la couleur historique du rideau rouge présent dans chaque théâtre. Dans la grande salle (qui est une salle suspendue, véritable challenge architectural), rien ne vient perturber le regard, tout est sombre et mat afin de concentrer la vue du spectateur sur la scène. Seul l’or des plaques au plafond et sur les portes apportent la touche historique de la grande salle classique. Le rouge se retrouve dans les sas d’entrée de la grande salle, comme un pallier de préparation au spectacle et à l’imaginaire.P1060173P1060148
P1060149
P1060151Tout en haut, aux 11e et 12e étages, on trouve les studios de ballet (salle classée 2e plus belle salle de danse au monde !), avec une vue imprenable sur les toits de l’hôtel de ville, sur les collines de la Croix-Rousse et de Fourvière.
De là, on prend vraiment la mesure et l’importance de ce bel édifice au centre de la ville. D’ailleurs, la nuit, un jeu de lumières (rouge, évidemment) sur la verrière donne un air de coeur qui bat. Finalement, l’opéra de Lyon est le coeur symbolique, géographique, physique et poétique de la ville.P1060194 P1060191 P1060189P1060188 P1060180 P1060175

Pour visiter les coulisses et connaitre les secrets de l’Opéra, tous les renseignements sont sur le site.

Août à imprimer

Pas mécontente d’être en juillet, avec le doux espoir de souffler un peu, enfin !
Pas de répit pour les bonnes habitudes, le calendrier pour Août est disponible !

Un par enfant, un pour la famille, un dans le bureau, tout est possible…
Ca me ferait plaisir de voir comment et où vous les utilisez, n’hésitez pas à partager sur vos réseaux sociaux !

Pour imprimer Août 2016 sur un format A4, il suffit de cliquer ici :

 

aout2016

 

Rendez-vous début août 2016 pour imprimer celui de septembre !

Escapade à Albi

En pleine semaine, comme ça, je me suis échappée de mon atelier pour 2 journées à Albi.
Grâce à Marie-Laure (fondatrice de la jolie marque Le Carrousel et du Concept-store éphémère La Maison le Carrousel) et au Comité Départemental du Tourisme du Tarn, j’ai pu profiter de 2 belles journées-découverte à Albi.

couv

Au programme : visite de la ville, musée Toulouse-Lautrec, la cathédrale Sainte Cécile, le Musée de la Mode, et une petite escapade à Lautrec, cité du pastel.
La cité épiscopale d’Albi, toute en briques cuites, est construite autour de la Cathédrale Sainte Cécile et est inscrite au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco. On peut vraiment se balader dans Albi à pieds pour tout découvrir : les ruelles, les jolies traces du passé et les créations contemporaines comme le Grand Théâtre des Cordeliers (Architecte : Dominique Perrault) et son voile métallique qui répond à la brique environnante, les berges du Tarn, les alentours de la Cathédrale. On s’amuse à repérer les vitrines aux citations d’Henri Toulouse-Lautrec parsemées dans la ville. Continuer la lecture de « Escapade à Albi »

Los Angeles 4/4 Venice Beach

couv4

Los Angeles a depuis toujours attiré les populations, avec un essor particulièrement intense à la fin du XIXe siècle. L’industrie du cinéma a cristallisé le mythe du rêve américain et Los Angeles est devenu la mégalopole de tous les possibles.
A Los Angeles, les disparités sociales sont criantes, près de 25% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Entre les strass et les paillettes d’Hollywood, les limousines et les boutiques de luxe de Beverly Hills, les quartiers huppés de Venice Beach ou Pacific Palisades, et les quartiers d’affaires, 50 000 personnes vivent dans la rue.

Evidemment, on le savait, on n’allait pas quitter notre voiture pendant nos quelques jours à Los Angeles. Mais nous n’imaginions pas à quel point la voiture est omniprésente dans cette mégalopole aux 88 quartiers, de plus de 12000 km2 et 13 millions d’habitants ! Les transports en commun sont peu développés et les nombreuses autoroutes se croisent et sillonnent Los Angeles de part en part.
Nous avons donc testé la ville aux heures de pointe (quasiment tout le temps) et le temps perdu à chercher une place dans un parking pas trop cher ! Une fois ce constat établi, et une fois qu’on a accepté le budget essence / parking /amendes, on profite de cette ville aux 320 jours de soleil par an, à la situation géographique exceptionnelle.

Non loin de Venice Beach on a garé la voiture (yeah !) et on a déambulé sur le chouette Abbot Kinney blvd aux très belles boutiques. En prolongeant la promenade, on est allé jusqu’à Venice Canals qui nous intriguait bien en plan ! Le quartier est un oasis de calme, quadrillé de petits canaux qu’on traverse par des passerelles. On boucle la balade par Venice Beach en fin d’après-midi.
Voici le parcours, pour le détail de la balade (environ 4 km), il suffit de cliquer sur l’image :

Capture d’écran 2016-06-08 à 18.58.31

 

P1040574 P1040616 P1040612 P1040611P1040577 P1040610P1040608P1040571P1040579P1040583P1040589 P1040588 P1040593P1040599

P1040597

On quitte Los Angeles avec la ferme envie de revenir, de prolonger les découvertes, cette mégalopole mérite bien plus que 3 jours sur place pour en comprendre un peu le fonctionnement !
Mais roadtrip oblige, la route nous attend, direction Palm Springs !

Los Angeles 3/4 Eames house

couv4

Quand nous avons organisé notre road trip et l’étape à Los Angeles, la visite de la Eames house s’est tout de suite imposée. Encore des souvenirs de nos années d’études !

Entre 1945 et 1966, un programme de constructions légères et modernes a vu le jour autour de Los Angeles (36 projets sont réalisés au total dont la célèbre Case Study House n° 8 ou Eames House).
Organisé par le rédacteur en chef de la Revue Arts & Architecture, le Case Study House Program se voulait être une anticipation sur le développement économique d’après guerre par des maisons construites en série avec des matériaux basiques et bon marché.
Les architectes (Richard Neutra, Raphael Soriano, Charles & Ray Eames, Pierre Koenig, Eero Saarinen…) sollicités pour travailler sur ce programme ont laissé derrière eux de belles réalisations qui sont autant de références aujourd’hui.

Construite à Pacific Palisades, surplombant l’océan, la Eames House (maison + bureau) a été habitée par le couple Eames de sa construction (1949) jusqu’à leur mort (1978 pour Charles et 1988 pour Ray).
C’est une maison fragile et le souhait de la fondation est de la conserver telle qu’elle était dans les années 80.
Les photos de l’intérieur sont interdites et celles en extérieur sont autorisées sans zoom et à une certaine distance de la maison.
Pour avoir plus d’infos, et en voir un peu plus sur l’intérieur de la Eames House, il faut se rendre sur le site de la fondation.

Cette maison sublime est pile dans ce qu’on aime en ce moment en termes d’espaces, de constructions et de lumière. C’est certainement l’esprit cabane associé à l’architecture années 50 qui nous plaît ! Le rêve de passer quelques jours dans une telle architecture va, pour notre plus grand plaisir, se réaliser un peu plus tard dans notre road trip, stay tuned !

P1040563 P1040562 P1040554 P1040540
P1040538Dans le prochain et dernier billet sur Los Angeles, on ira se balader du côté de Venice Beach.

Los Angeles 2/4 the broad et WD Concert Hall

couverture

Ces deux architectures iconiques de Downtown L.A. méritent vraiment une visite, gratuite dans les deux cas.

The Broad, le petit dernier inauguré en septembre 2015, a été délibérément conçu par Diller Scofidio + Renfro de façon à être relativement discret dans le paysage urbain, afin de ne pas concurrencer son sculptural voisin le Walt Disney Concert Hall. Continuer la lecture de « Los Angeles 2/4 the broad et WD Concert Hall »