les coulisses de l’opéra de Lyon

Grâce au compte instagram ruedelarepublique, j’ai eu la chance de pouvoir visiter en petit comité les coulisses de l’Opéra de Lyon.
La passionnante Ilaria, notre guide, nous a entrainés dans un véritable voyage, depuis le niveau -5 jusqu’au niveau +12 de l’édifice.

P1060121 L’Opéra, reconstruit par Jean Nouvel (qui n’a conservé que les 4 murs et le grand foyer du public) a été inauguré en 1993. Véritable prouesse technique et architecturale, c’est aussi un édifice chargé de symboles qui raconte une histoire, une histoire entre passé et présent, entre architecture néo-classique et architecture contemporaine, entre espace public et espace privé. Tous les publics sont accueillis, l’Opéra se veut un édifice accessible à tous les lyonnais.

Dès l’entrée dans le bâtiment, on est invité au voyage par des éléments rappelant l’architecture des aéroports, des lieux publics (escalators, signalétique…). Le plafond bas, la couleur noire et les hautes baies jouent avec la lumière extérieure, mêlant l’espace de la ville et l’espace d’un lieu emprunt de solennité.P1060136P1060138

P1060139P1060144 P1060146

P1060134 Le grand foyer est la seule salle conservée et restaurée, témoin du théâtre de 1831, avec ses éléments historiques, décoratifs et architecturaux.
Au niveau -5 on trouve la salle de répétition (de surface équivalente à la scène de la grande salle, l’orchestre en moins). On peut y descendre le camion apportant les décors sur un monte-charge. Celui-ci permet également de remonter les décors sur la scène de la grande salle, après les répétitions, au niveau +3.P1060172 P1060166 P1060155

Dans tout l’édifice on trouve des rappels de la couleur rouge, la couleur historique du rideau rouge présent dans chaque théâtre. Dans la grande salle (qui est une salle suspendue, véritable challenge architectural), rien ne vient perturber le regard, tout est sombre et mat afin de concentrer la vue du spectateur sur la scène. Seul l’or des plaques au plafond et sur les portes apportent la touche historique de la grande salle classique. Le rouge se retrouve dans les sas d’entrée de la grande salle, comme un pallier de préparation au spectacle et à l’imaginaire.P1060173P1060148
P1060149
P1060151Tout en haut, aux 11e et 12e étages, on trouve les studios de ballet (salle classée 2e plus belle salle de danse au monde !), avec une vue imprenable sur les toits de l’hôtel de ville, sur les collines de la Croix-Rousse et de Fourvière.
De là, on prend vraiment la mesure et l’importance de ce bel édifice au centre de la ville. D’ailleurs, la nuit, un jeu de lumières (rouge, évidemment) sur la verrière donne un air de coeur qui bat. Finalement, l’opéra de Lyon est le coeur symbolique, géographique, physique et poétique de la ville.P1060194 P1060191 P1060189P1060188 P1060180 P1060175

Pour visiter les coulisses et connaitre les secrets de l’Opéra, tous les renseignements sont sur le site.

partager ce billetShare on FacebookPin on PinterestTweet about this on Twitter

7 pensées sur “les coulisses de l’opéra de Lyon”

  1. superbe : l’opéra toujours et ton reportage, toujours aussi ! ce serait tellement chouette de pouvoir assister à des répétitions des danseurs…. le 2è plus beau du monde…. whaouh !

  2. Merci Emma pour ce superbe article qui retranscrit à merveille cette visite magique ! Au plaisir de te voir très bientôt :)

  3. Dans le cadre de mon rapport d’étude de fin de licence, je fais une petite étude sur la perception de l’opéra de lyon par les lyonnais. J’aimerai brasser des tranches d’âge et des milieux différents donc n’hésitez pas à y répondre (ce n’est pas de l’architecture). Merci d’avance à ceux qui se prendront le temps d’y répondre (ce n’est pas long):) !

    https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdw3AUNpHzp9HT16sF0Olw-5gkQxnIiC4OG7pFxX8c5VyFkAA/viewform?usp=fb_send_fb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *